Pour un urbanisme participatif et raisonné

1 commentaire Le par

Une fuite en avant sans boussole ?

UrbanismeConstatAlors que Le Plessis-Robinson compte 28 000 habitants en 2013, le PLU fixe encore l’objectif d’être 25 000 en 2015. La boussole est cassée mais la majorité sortante veut aller plus vite !

Les projets à venir sur la Zone Industrielle et le secteur du Hameau, le Panoramic – Ermitage, le secteur Colbert ou de l’école François Peatrik conduiront à un changement plus radical encore sur la qualité de vie, le stationnement, la circulation, la gestion des eaux de pluies, les équipements publics…

Déjà aujourd’hui, préemptions et règlements s’inscrivent contre l’emploi : la volonté d’accueillir plus d’habitants est opposée à l’opportunité de leur donner les moyens d’obtenir un travail…

Seule la spéculation motive un tel « projet » urbain

Nous proposons de penser la ville, avec et pour les habitants, afin de :

  • Construire les mixités nécessaires dans chaque quartier et distribuer sur l’ensemble du territoire les équipements de quartiers ;
  • Prescrire 30% de logements sociaux dans les nouvelles constructions de plus de 12 logements dans les quartiers sans mixité sociale ;
  • Privilégier une densification douce, respecter l’identité de chaque quartier et réorienter les budgets d’investissement vers les quartiers délaissés ;
  • Diversifier l’architecture et préserver le patrimoine bâti restant ;
  • Développer les offres tertiaires et commerciales au sein de la ville ;
  • Rénover profondément certaines zones pour favoriser l’accès aux nouveaux tramways mais aussi les entrées de ville vers Clamart ou Fontenay, particulièrement ignorées ;
  • Prendre en compte l’environnement pour favoriser la biodiversité et les parcours piétonniers.

En attente, 3 opérations doivent être suspendues :

  • le projet immobilier du Panoramic – Ermitage pour revenir à un projet culturel et écologique en concertation avec les riverains ;
  • le projet de la ZAC NOVEOS (ZIPEC et quartier du Hameau) pour lui rendre sa vocation de bassin d’emplois et maintenir l’identité du quartier du hameau;
  • le projet de densification du secteur Colbert et plus généralement les projets remettant en cause l’identité de nos quartiers.

Penser la ville… avant les projets immobiliers

Les priorités ne sont plus les bonnes …

Processus actuel de décision sur l'urbanisme du Plessis Robinson et proposition pour intégrer un urbanisme plus participatif

Nous proposons de faire une pause sur les nouveaux programmes pour analyser les besoins et prendre le temps de remettre les choses dans l’ordre :

  • Assurer la concertation : associer la population par une année complète d’ateliers et de concertations. La concertation doit être centrale et conduire à une vision partagée de la ville et de son évolution ;
  • Penser la ville : demander à 3 urbanistes indépendants de définir, avec les habitants, un projet de ville sur 15 ans ; logement, transport, stationnement, mobilité, équipement public, emploi, commerce sont autant de sujets qui seront pris en compte ;
  • Réviser le PLU : réviser les orientations et les règlements du PLU pour rendre possible cette vision partagée du Plessis-Robinson prenant en compte tous les quartiers mais respectueuse de l’identité de chacun.

Mais aussi de mettre en œuvre des actions immédiates :

  • Dissoudre la nouvelle Société Publique Locale d’aménagement créée avec Châtillon
  • Développer un projet à forte mixité sur le terrain de la côte Sainte Catherine
  • Privilégier l’installation du Site de Maintenance et de Remisage du futur tramway sur NOVEOS plutôt que sacrifier des espaces naturels

Télécharger nos propositions pour un urbanisme raisonné et plus participatif

Afficher le commentaire

  • Intérressant, un post très réaliste.
    par Rémi VR le 02/01/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

La majorité municipale couvre les emprunt de son aménageur pour lancer l'opération de forte densification qu'elle souhaite voir remplacer le parc technologique. Officiellement, cela n'augmentera pas la dette. Dans les
Le par
Le DOB 2016 conforte l'idée que la démarche spéculative de la majorité est une fuite en avant sans fin qui ne permettra jamais de financer les équipements nécéssaires à la
Le par

Les derniers contenus multimédias