Conseil Municipal du 10 avril 2014

Le par

Premier véritable conseil municipal, la séance était encore largement consacrée à l’installation de l’équipe municipale avec le vote de délégations au maire et des représentants aux différentes commissions municipales.

Retrouvez à ce propos la liste des commissions où l’opposition sera présente pour vous représenter

Le chantage du maire

Le fait marquant restera le chantage du maire pour que nous demandions le retrait des recours contre les projets de la ville et les conséquences de notre refus : l’opposition ne sera plus présente que dans les commissions imposées par la loi.

Retrouvez ma réponse au maire sur sa demande de retrait des recours administratifs ou judiciaires

Finis les discours sur la démocratie et sur le rôle de l’opposition et donc oubliée la représentation de l’opposition au conseil d’administration de la SEMPRO (aménageur historique du Plessis-Robinson) et bien évidemment pas de représentation à la Société Publique Locale (nouvel aménageur de la ville et de Chatillon). Ce refus n’est pas seulement un camouflet pour nos électeurs mais bien pour l’ensemble des citoyens robinsonnais attentifs au droit de l’opposition et à la nécessaire transparence.

Retrouvez la tribune des élus d’opposition consacrée au sujet (mai 2014 )

Le budget primitif

Avant cela, le conseil a débattu sur le budget primitif présenté par la majorité. Malgré l’absence de commission budgétaire (du fait des élections) et la mise à disposition des  150 pages au format papier uniquement 5 jours francs avant la tenue du conseil, certains points nous sont apparus comme surprenants et ont fait, faute de réponses satisfaisantes en séance, fait l’objet de demandes de complément d’information par mail à l’issue du conseil.
Nous avons également souhaité remettre à l’ordre du jour la re-négociation de certains partenariats de la ville comme la halle du marché et son parking susceptible selon nous de générer d’importantes économies et donc de permettre, comme nous l’avions évoqué dans note programme, une baisse des impôts locaux.

Retrouvez l’article plus complet sur le budget primitif

Le point sur les projets de la ville

La délibération suivante concernait les autorisations de paiement pour les projets d’investissements de la ville. Que faut il en retenir ? De nombreux décalages (de 2013 à 2014 ou de 2014 vers …plus tard) qui témoignent, contrairement aux propos de la majorité à des retards dans les travaux ou à des arbitrages politiques. Trois points majeurs sont à souligner : la volonté de poursuivre voire d’amplifier les préemptions pour la ZAC NOVEOS dont on ne sait toujours pas grand chose, une multiplication discrète par 2 des travaux prévus sur l’école François Peatrik sans justification et des retards prévisibles sur l’extension de l’école Joliot Curie. Ces points ont, faute de réponses satisfaisantes en séance, fait l’objet de demandes de complément d’information par mail à l’issue du conseil.

Retrouvez l’article plus complet sur les projets de la ville

Baisse des impôts

Non, là je blague : c’était dans notre programme, pas dans celui du maire… Soyons heureux, les taux des impôts locaux ne seront pas augmentés … cette année. La longue litanie du maire sur la pression qui pèse sur la ville ou sur le coût de la réforme des rythmes scolaires laissent présager du pire pour l’an prochain. En effet, si les taux des impôts locaux n’ont pas augmentés depuis 2010, ils avaient augmenté successivement en 2009 (soit 1 an après les élections) puis 2010. De plus, en ajoutant les impôts prélevés par la CAHB (qui après tout assume une partie des compétences de la ville), les taux d’impôts locaux au Plessis-Robinson sont les 2ième des Hauts de Seine… il ne manquerait plus qu’ils augmentent….

Le nouveau projet immobilier du chemin de la côte Sainte Catherine

Le maire a dévoilé ses plans pour le terrain de la cote Sainte Catherine (ex terrain de la CAF, ex terrain pour le futur lycée). La ville va vendre à Fonciere Construction le droit à construire une nouvelle résidence immobilière. Classique? Et bien, non … il y a mieux : elle y fait construire une crèche pour démolir celle des petits mousses juste à côté pour vendre une nouvelle parcelle et poursuivre le Monopoly…

Retrouvez le détail de ce nouveau projet immobilier

 

Sur le même thème, lire aussi :

La définition d'une DSP comme l'analyse des rapports d’activités des délégataires de DSP montrent que non! Le risque d'exploitation n'existe pas et qu'il n'y a aucune réelle exposition aux aléas
Le par
... et c'est la majorité qui le dit! Elle se rallie à notre analyse sur la halle et son parking pour mettre fin au BEA. Hélas, elle n'applique qu'une partie
Le par

Les derniers contenus multimédias