Mise au point sur les recours contre la ville

Le par

Dès le premier conseil municipal d’investiture, le maire a voulu marquer les esprits en nous proposant un échange : de bonnes relations (entre majorité et opposition) contre le retrait des recours contre les projets de la ville.

De quoi parle t’on?

Sans prétendre connaître tous les recours actuellement en cours contre la ville, il en est au moins deux qui dérangent fortement:
-> celui du Comité de quartier Chateaubriand contre la vente (et ses conditions) du Panoramic Ermitage du conseil général à la ville,
-> celui que je porte avec l’association Chateaubriand et l’association P.L.E.S.S.I.S. contre la modification de PLU de juillet 2013.

Pourquoi, nous ne demanderons pas le retrait de ces recours?

En premier lieu, parce qu’ils n’ont pas été déposés par l’opposition municipale mais par des citoyens robinsonnais ou des associations robinsonnaises. Ensuite, parce que contrairement à ce que croit la majorité municipale, le vote ne vaut pas pour loi : l’élection ne permet pas de faire ce qu’on veut, le droit doit s’appliquer. Enfin, les projets soumis au vote par le maire (et validés successivement par les robinsonnais) sont si opposés qu’il n’est, par exemple sur le Panoramic Ermitage, plus possible d’en tirer une quelconque conclusion.

Ma réponse au maire

Lors du conseil du 10 avril, le maire a réitéré son chantage lorsque nous avons demandé la présence de Christophe Leroy au sein de conseil d’administration de la SEMPRO. Retrouvez ma réponse à sa demande de retrait de « nos » recours dont la conclusion était:
« Nous voulons incarner une opposition constructive mais déterminée et soucieuse d’indépendance. Nous vous soutiendrons sur tous les points sur lesquels  nous serons d’accord sans polémique politicienne ; nous nous opposerons ici au conseil municipal sur nos désaccords politiques, dans les tribunaux si cela est nécessaire… mais nous ne demanderons pas à des citoyens ou à des associations, libres de droit et de conviction, de retirer des recours au prétexte qu’ils vous déplaisent. »

Sur le même thème, lire aussi :

Le conseil municipal du Plessis-Robinson est il censé approuver des documents sans les lire et sans en débattre? C'est ce que semble souhaiter la majorité municipale qui compromet elle même
Le par
En 2014, la ville a subventionné de manière déraisonnable le parking cœur de ville pourtant ultra-bénéficiaire. La majorité municipale veut encore lui donner plus. L’heure n'est elle pas venue de
Le par

Les derniers contenus multimédias