Quelle logique dans le vote des élus de la majorité ?

0 commentaire Le par

Le premier point du conseil municipal du 12 novembre 2015 concernait l’approbation du compte rendu du conseil municipal du 1er octobre.

Ce jour là, le maire avait demandé au conseil de re-voter à propos de l’approbation du périmètre de notre futur territoire au sein du Grand Paris. Ce deuxième vote, malgré son caractère brouillon, avait permis à la majorité de s’abstenir et de laisser notre commune intégrer le Grand Paris uniquement grâce au vote de ma collègue Béatrice Maubras et au mien.

En lisant le compte rendu de ce conseil, je n’ai pu que constater que cet épisode peu glorieux avait tout simplement été supprimé. Seul restait le dernier vote et rien ne laissait apparaître les échanges entre mon collègue Christophe Leroy et le maire qui avait abouti à ce drôle de vote de la majorité.

J’ai donc signalé cette erreur au maire adjoint, qui présidait le conseil municipal en absence du maire expliquant, que je ne pouvais que voter contre un compte rendu gommant ainsi nos débats.

L’ensemble des élu-e-s de la majorité a reconnu cette « erreur » et accepté ma demande de mise à jour au Directeur Général des Services. Pourtant au moment de voter, tous ont approuvé ce compte-rendu.

Ces élu-e-s ont ils conscience de leur vote ? Se rendent-ils compte qu’en approuvant ce compte rendu, ils acceptent tacitement la modification voire la déformation de la retranscription officielle de nos échanges démocratiques ? Alors que le point n’était ni polémique, ni particulièrement important, ces élu-e-s démontrent par ce vote qu’ils acceptent d’apposer leur signature sur un faux.

Alors qu’il suffisait de repasser au prochain conseil ce compte rendu corrigé des oublis unanimement constatés, ces élu-e-s ont préféré réécrire l’histoire.

Quelle drôle de conception de la responsabilité et quel signal donné pour l’intégrité des comptes rendus lorsque des points polémiques sont ou seront à l’ordre du jour !

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

La définition d'une DSP comme l'analyse des rapports d’activités des délégataires de DSP montrent que non! Le risque d'exploitation n'existe pas et qu'il n'y a aucune réelle exposition aux aléas
Le par
... et c'est la majorité qui le dit! Elle se rallie à notre analyse sur la halle et son parking pour mettre fin au BEA. Hélas, elle n'applique qu'une partie
Le par

Les derniers contenus multimédias