Comme en 2013, le contrat triennal 2016 – 2018 entre le Plessis-Robinson et le département est impossible à tenir

0 commentaire Le par

Le conseil municipal du 14 avril 2016 était l’occasion de voter un nouveau plan triennal (2016-2018) avec le Conseil départemental. Cela a été pour moi l’occasion de revenir sur le précédent, celui de 2013-2015, et d’en tirer quelques craintes sur le nouveau.

Un contrat triennal 2013 – 2015 , trop ambitieux ou tout simplement non sérieux ?

Signé en décembre 2013, le contrat 2013 – 2015 devait à l’époque subventionner :

  • la réhabilitation de l’école François-Peatrik dont les travaux devaient commencer en octobre 2014 pour durer 2 ans. Le concours n’est toujours pas réellement lancé.
  • la restructuration du stade dont les travaux devaient commencer en septembre 2014 (soit 10 mois après la signature de la convention) pour s’achever en septembre 2016. Personne ne sait dire ce que recouvrait ce projet qui n’a jamais été lancé.
  • la réhabilitation de Joliot-Curie dont les travaux devaient démarrer en au deuxième trimestre 2014 pour s’achever à la rentrée 2015 . Cette réhabilitation devrait s’achever, au mieux fin 2017.

Tout cela était si ambitieux que finalement la commune avait redirigé, fin 2014, les subventions sur la réhabilitation de l’école Joliot-Curie pour 4,5 M€. Cependant, la commune n’a dépensé au premier janvier 2016 que 1,2 M€. Or, le département ne paye que sur facture…

Que deviennent les 4,5 M€ de subventions départementales prévues pour 2013 – 2015 alors que la commune ne peut justifier que pour 1,2 M€ de factures ?   Le maire et ses adjoints ont été bien en peine pour me répondre alors même qu’ils se disent aussi bons gestionnaires que soucieux des finances de la ville. Le Directeur Général des Services, appellé à la rescousse, n’a pas su me rassurer complètement sur le fait que le département accepteraient de payer des travaux au delà de la période du contrat.

Un contrat triennal 2016-2018, des objectifs tout simplement impossibles

Cette question n’était pas que rhétorique car le nouveau contrat concentre les subventions sur la réhabilitation de l’école François-Peatrik. Pour toucher les 5 M€ de subventions prévues, encore faudrait-il peut-être là aussi dépenser en travaux a minima les sommes correspondantes aux subventions ? Pourtant, les candidats au concours ne sont toujours pas retenu. Comment  justifier des dépenses à hauteur de 5 millions d’euros alors qu’à supposer que le lauréat soit retenu en fin d’année, il faudra nécessairement 1 ou 2 ans d’études de conception et qu’il est donc probable que la commune n’aura pas dépensé en 2016, 2017 et 2018 ces 5 M€ ?

Ne retrouve-t-on pas là l’incapacité de la majorité municipale à présenter un plan pluriannuel d’investissements lors du récent débat d’orientation budgétaire ? Notre commune prend le risque de perdre des subventions alors que la dette pèse toujours plus lourd sur le budget de notre commune …

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

La définition d'une DSP comme l'analyse des rapports d’activités des délégataires de DSP montrent que non! Le risque d'exploitation n'existe pas et qu'il n'y a aucune réelle exposition aux aléas
Le par
... et c'est la majorité qui le dit! Elle se rallie à notre analyse sur la halle et son parking pour mettre fin au BEA. Hélas, elle n'applique qu'une partie
Le par

Les derniers contenus multimédias